Actualités Internationales

Dernières Nouvelles et Informations

Des souris paralysées bougent de nouveau grâce à l’injection d’un nouveau composé.

Selon Business Standard, les souris paralysées peuvent bouger de nouveau après avoir reçu l’injection d’un composé contenant une petite molécule appelé CLP290 qui active la protéine KCC2. Le composé (CLP290) avait la capacité de faire revivre les circuits neuronaux chez les souris atteintes de lésion médullaire. Il suffit de quatre à cinq semaines de traitement pour que les souris retrouvent puissent bouger et faire des pas.

L’injection de composé est inspirée de la stimulation épidurale qui représente le seul traitement efficace connu pour les lésions de la moelle épinière et qui consiste à utiliser un dispositif de stimulation qui génère des courants électriques pour activer la communication entre les neurones et le cerveau. Cependant, pour dépasser la limitation d’une stimulation « uniquement sur demande », les chercheurs du Boston Children’s Hospital ont proposé une «approche pharmacologique pour imiter la stimulation » afin de mieux comprendre le fonctionnement de cette dernière.

Pour ce faire, ils ont sélectionné des composés connus pour leur capacité à altérer la réactivité des neurones et à franchir la barrière hémato-encéphalique. Le CLP290, un composé utilisé dans la recherche, active la protéine KCC2 qui joue un rôle crucial dans la communication entre les neurones et le cerveau. Il a été démontré que la production de KCC2 avait considérablement diminué suite à la blessure. Ainsi, en restaurant KCC2 avec CLP290, les neurones inhibiteurs peuvent de nouveau recevoir des signaux du cerveau leur permettant de commencer à rétablir la communication avec ce dernier.

Au cours de cette recherche, CLP290 a été administré à des souris paralysées par groupes de dix. Toutes les souris avaient une lésion médullaire grave, mais avec des nerfs intacts. Chaque groupe ayant reçu un placebo en plus d’un groupe témoin, ont été traités pendant 8 à 10 semaines.

En conséquence, le composé CLP290 a eu l’effet le plus remarquable sur les souris ayant des enregistrements indiquant que le muscle du membre postérieur présentait des signes d’activité après la prise du composé. Les scores de marche des souris traités avec CLP290 sont restés supérieurs à ceux du groupe témoin jusqu’à deux semaines après l’arrêt du traitement. Il n’y avait guère de mauvais effets dissuasifs.

Les chercheurs pensent que ce composé pourrait un jour être administré aux patients atteints de LME en complément à la stimulation épidurale, où le dispositif de traitement peut appliquer un courant électrique à la partie inférieure de la moelle épinière. Si on complète les deux traitements par une rééducation, les patients peuvent retrouver leurs mouvements.

Zhigang He, auteur principal qui travaille au Boston Children’s Hospital a déclaré à Business Standard : «Pour ce type de blessure à la moelle épinière assez grave, il s’agit du rétablissement fonctionnel le plus important que nous connaissons»,

“Nous avons vu 80% des souris traitées avec ce composé récupérer leur capacité à bouger”, a-t-il ajouté, dans le papier publié chez le journal Cell.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur print
Partager sur email